Blog / Posts

Facture électronique 2026 : la mauvaise idée serait d’attendre

La facturation électronique est dans toutes les têtes des financiers, tant en entreprise qu’en cabinet. Vous vous dites peut-être que vous avez bien le temps pour passer aux transactions digitalisées, notamment du fait du report du calendrier ? Pourtant, attendre la facture électronique 2026, c’est dommage. De nombreux avantages existent, autant en profiter dès maintenant.

Nous souhaitons mettre en lumière dans cet article plus particulièrement l’avancée technologique d’un tel processus électronique dans l’optique d'exploiter davantage et plus vite les données des entreprises. Grâce aux services offerts aux PME et TPE par les plateformes de dématérialisation, la data devient aisément accessible pour chaque entreprise qui adopte un tel format.
illustration

1 - Facture électronique 2026 : de quoi parle-t-on exactement ?

Une facture électronique n’est pas un fichier PDF classique envoyé par mail. La réforme fiscale française conduit les entreprises à devoir respecter un certain nombre de règles, tant pour l’émission, la transmission, la réception que l’archivage. Mais, c’est pour leur plus grand bien.

1.1 - Une facture électronique c’est quoi ?

L’article 289 bis du Code général des impôts donne en France la définition de la facture électronique. Il précise que ce mode de facturation concerne l’échange de factures entre les entreprises assujetties établies en France. Toutes les étapes du processus doivent s’effectuer de façon dématérialisée, avec obligatoirement l’utilisation d’une plateforme de dématérialisation, tant pour échanger avec ses clients que pour envoyer les informations requises à la DGFIP.

Ainsi, la facture doit être numérique de A à Z, de son émission à sa conservation et elle doit comporter des données structurées, contrairement à du papier ou à un simple PDF classique.
Illustration
Illustration

1.2 - Réforme fiscale française pour les flux de factures en B2B

Après l’étape de la facturation électronique obligatoire pour le secteur B2G en 2020 (facturation à une entité publique), la réforme attaque désormais les flux de factures entre les entreprises privées (B2B). Un des objectifs ultimes sera le pré-remplissage des déclarations de TVA par l'administration fiscale.

Les deux volets de la réforme fiscale pour le B2B en 2026

Cette nouvelle étape comporte deux obligations électroniques distinctes :

  • L’e-invoicing correspond à l’établissement de factures électroniques pour les ventes à des entreprises assujetties à la TVA et situées en France. Ces documents sont à communiquer aussi à la DGFIP.

  • L’e-reporting est un rapport de données numérisées issues de la facturation à transmettre à la DGFIP. Il concerne toutes les ventes hors champ de l’e-invoicing. Ce sont donc les transactions avec des non-assujettis situés en France et avec des clients à l’international (dans ou hors de l’Union européenne).

Le calendrier de la facturation électronique obligatoire entre les entreprises

La décision du report de la réforme date de juillet 2023. L’article 91 de la loi de finances pour 2024 prévoit un nouveau calendrier de déploiement de la facture électronique en 2026 et 2027. Notez que les dates pour l’e-reporting obligatoire sont les mêmes que pour l’e-invoicing.
Voici les dates butoirs à connaître :

  • obligation d’émission de factures électroniques au plus tard au 1er septembre 2026 par les grandes entreprises (GE) et celles de taille intermédiaire (ETI) ;

  • obligation d’émission de factures électroniques au plus tard le 1er septembre 2027 pour les PME et les micro-entreprises (TPE et auto-entreprises).

Du fait de la première étape de 2026, toutes les entreprises devront pouvoir recevoir (et traiter) pour cette date les factures électroniques en réception de leurs fournisseurs.

1.3 - Une obligation de choisir un fonctionnement en plateforme de dématérialisation

Toute entreprise devra pour la facture électronique 2026 choisir une des solutions proposées en France par l'administration fiscale en matière d’échanges de factures. Le schéma en Y synthétise l’organisation retenue pour l’interopérabilité en France. Chaque entreprise a la liberté de choisir une ou plusieurs des solutions autorisées : PPF, PDP ou OD.
Illu

Le portail public de facturation (PPF)

C’est la seule plateforme de dématérialisation qui peut transmettre les éléments à l’administration fiscale. En outre, le PPF gère l’annuaire des entreprises. C’est l’outil incontournable pour savoir comment aiguiller les factures entre les opérateurs.

Une plateforme de dématérialisation partenaire (PDP)

Ce type d’organisme doit obtenir l’agrément PDP de l’administration fiscale. Il peut communiquer avec d’autres plateformes PDP, les clients, les fournisseurs, le PPF ainsi que les autres opérateurs de dématérialisation (OD). Il a aussi l’autorisation de convertir les fichiers reçus des entreprises dans un des formats autorisés (Factur-X, UBL ou CII).

Un opérateur de dématérialisation (OD)

C’est un prestataire qui réalise la dématérialisation des factures, sans disposer d’habilitation fiscale. Il ne peut pas directement échanger les factures entre clients et fournisseurs.
Qui sont les OD ?

  • les éditeurs de logiciels de facturation ;

  • les services de gestion électronique de documents (GED) ;

  • les prestataires de pré-comptabilisation des factures, etc.

Certains acteurs souhaitent devenir des PDP. D’autres noueront des partenariats en tant qu’OD avec une PDP, parfois en marque blanche. Enfin, les derniers resteront OD avec souvent la faculté de transfert direct des données dans le portail public de facturation PPF, via un connecteur (une API).

2 - La dématérialisation des flux, une étape vers la facture électronique 2026

La facture dématérialisée n’est pas une facture électronique. En revanche, toute facture électronique au sens de l’article 289 bis du CGI constitue bien un acte de dématérialisation. Aussi, déployer la dématérialisation dans les entreprises représente un grand pas vers la facture électronique 2026.

2.1 - Processus de dématérialisation : définition

L’acte de dématérialisation consiste à rendre immatériel un document. Deux processus existent donc pour digitaliser une entreprise :

  • numériser et archiver une pièce créée au format papier ;

  • ou émettre directement un document au format numérique dès sa création (exemple : la facture électronique 2026).

Démat
Illustration

2.2 - Entamer la dématérialisation pour gérer la facture électronique en douceur

Ce qui importe en 2024 c’est d’initier le processus. Il s’agit de mettre en place des méthodes de travail et des habitudes en mode zéro papier, grâce aux services d’une future plateforme PDP ou d’un opérateur de dématérialisation (OD). En commençant par scanner toutes les factures papier en réception, même sans obligation, l’entreprise avance vers la facturation électronique. L’ultime étape de la digitalisation de la comptabilité consistera à remplacer le traitement de la facture papier à l’arrivée courrier par celui d’un fichier de données électroniques structurées.

3 - Pourquoi se lancer dans la dématérialisation des factures sans attendre 2026 ?

La dématérialisation permet d’attaquer la transition vers le tout digital sur le plan administratif. Mais, elle comporte d’autres atouts indéniables, pour les entreprises d’abord, et aussi pour ceux qui les accompagnent dans le suivi de gestion.

3.1 - Les avantages immédiats des factures dématérialisées en entreprise et en cabinet

Pour vendre la facturation électronique 2026 dès maintenant, commencez par expliquer les bienfaits de la dématérialisation à vos clients. Ils sont nombreux :

  • un gain de temps dans le traitement des pièces (validation et intégration automatique en comptabilité) ainsi que dans la recherche des factures archivées sur une plateforme (future PDP ou OD) ;

  • une réduction des erreurs liées au traitement manuel, comme la saisie des écritures en comptabilité ;

  • un archivage plus sécurisé grâce à un système en ligne, par rapport à un classement du papier ;

  • une solution collaborative qui facilite les échanges et interactions dans les équipes, dans l’entreprise et avec ses partenaires extérieurs ;

  • une plus forte traçabilité des transactions financières (notamment, un accès immédiat aux justificatifs à partir des écritures comptables) ;

  • des litiges clients mieux identifiés et en baisse ;

  • une validation et un paiement des factures plus rapide ;

  • des situations comptables émises plus vite.

3.2 - La facturation dématérialisée, puis électronique en 2026, un levier pour le pilotage financier des entreprises

Tous les avantages que présente la dématérialisation des factures concourent à

  • une meilleure exploitation des données financières et opérationnelles ;

  • une parution plus rapide des comptes et du reporting des entreprises ;

  • donc potentiellement, un terreau favorable à un pilotage amélioré pour les entrepreneurs.

C’est justement pour ce dernier point que les métiers de la finance d’entreprise ont tout intérêt à inciter au passage à la dématérialisation dès que possible. Avec le temps gagné et la quantité d’informations accessibles, les professionnels de l'analyse et de la gestion peuvent s’investir dans de nouvelles missions d’accompagnement.

3.3 - Adoptez la facture électronique et améliorez l’exploitation des données grâce à la Business Intelligence

En ajoutant un outil BI spécialisé en finance, les experts-comptables ou DAF externes bénéficient de l’équipement idéal pour exploiter la data après l’établissement des comptes. Ces outils, par définition, collectent, traitent, mettent en forme et restituent l’information de façon automatisée, structurée et visuelle. La datavisualisation apporte sa touche finale pour établir en quelques clics des tableaux de bord efficaces et percutants.

Grâce à la dématérialisation, la quantité de données à exploiter rapidement chaque mois est à portée de main. Les entreprises se rapprochent enfin de la comptabilité en temps réel. Rien de mieux pour réaliser de l'analyse financière ou le calcul d’indicateurs clés que d'explorer ces informations fraîches. En adoptant des outils de BI, les expert-comptables et DAF externes accèdent à toutes ces données en quelques clics. C’est justement le type de projet que la plateforme Finthesis propose. Vous pouvez ainsi envisager la mise en place rapide de nouvelles missions de conseil auprès de vos clients.

Vos analyses en quelques secondes !

Essai gratuit de 30 jours.

Lancer l'essai
plateforme Finthesis

Ces articles devraient vous intéresser

Attirer les talents en cabinet comptable : atouts de la BI

Découvrez comment et pourquoi la BI contribue à attirer les talents et à les fidéliser en cabinet d’expertise comptable.12 juin 2023Lire l'article

Attirer les talents en cabinet comptable : atouts de la BI

Palmares du chiffre 2023 : Finthesis à l'honneur !

Le 6 juin 2023 a eu lieu la cérémonie récompensant les meilleures solutions et logiciels dédiées à la profession. Découvrez les résultats de la 1ère participation de Finthesis12 juin 2023Lire l'article

Palmares du chiffre 2023 : Finthesis à l'honneur !

Clôture comptable : comment peaufiner les dernières étapes

La clôture comptable n’a pas de secret pour vous ? Nous vous proposons toutefois des outils pour soigner la fin du processus annuel comme mensuel.20 décembre 2023Lire l'article

Clôture comptable : comment peaufiner les dernières étapes